La déontologie :

 Le psychologue est soumis à un code de déontologie (cliquer).
Extrait : " la mission fondamentale du psychologue est de faire reconnaître et respecter la personne dans sa dimension psychique, et son activité porte sur les composantes psychologiques des individus, considérés isolément ou collectivement et situés dans leur contexte..." 

La mission du psychologue :

Le psychologue clinicien est spécialiste du comportement humain : à ce titre, il est donc en mesure d’évaluer, de diagnostiquer et de traiter tout problème de santé psychologique et mentale. Par exemple, il peut recourir aux tests psychologiques afin d’évaluer les aptitudes intellectuelles, ainsi que les différents aspects de la personnalité de son patient. Ayant été formé aux outils thérapeutiques dans le traitement des troubles de la santé mentale, et selon son parcours professionnel, il peut donc intervenir auprès des nourrissons, des enfants, des adolescents, des adultes et des personnes âgées. C'est aussi le conseiller pour les parents, les enseignants, les services sociaux, etc...  à l'occasion, le psychologue peut également se mettre en relation avec d'autres professionnels (médecin, psychiatre, thérapeute...).
De manière plus globale, le travail du psychologue va consister à aider son patient, confronté à une perturbation ou à un conflit psychique, à résoudre ses difficultés personnelles. En l'aidant à faire émerger ses propres ressources internes, il va ainsi participer à l'amélioration du bien-être psychique et de la qualité de vie de son patient. Tout patient requiert avant tout une écoute attentive et juste afin d'être réellement compris dans sa singularité et sa dimension psychique, voire aussi psycho-affective.


Le soutien psychologique :

Certains attendent de la consultation d'être soutenu, voire d'être conseillé (soutien) tandis que d'autres présentent des objectifs de changement personnel plus en profondeur (psychothérapie).

Le soutien psychologique permet en fait d'aider la personne à mieux gérer ses difficultés du moment.
Le thérapeute offre ici un soutien visant essentiellement à la re-consolidation du moi du sujet… un tel accompagnement permet la diminution, voire une disparition de ses souffrances psychologiques (traumatismes, conflits, angoisses, etc...).

Ainsi, peut-on consulter un psychologue en libéral quand on est mal dans sa peau, lorsque qu'on se sent angoissé, stressé, déprimé, etc... une consultation chez un psychologue peut également aider à mieux surmonter certaines épreuves de la vie, telle que la perte d’un être cher, l'annonce d'une douloureuse séparation, d'une maladie grave, de la perte d'un emploi, etc...
Chaque patient(e) consulte, en fait, pour des problématiques très variées : problèmes affectifs et relationnels... conflits familiaux... difficultés liées au monde du travail, manque de confiance en soi... angoisse, stress, dépression... phobies, obsessions, addictions... situation de séparation, deuil difficile... 
...toutes ces difficultés existentielles, en fait, que l'on ne parvient pas,
ou que l'on ne parvient plus, à surmonter tout(e) seul(e)...

Aussi, lorsque nos parcours de vie présentent des périodes trop difficiles à dépasser, risquant éventuellement de nous précipiter dans la détresse, c’est justement à ce moment là qu’il peut être important de consulter un spécialiste.

La psychothérapie :

La psychothérapie est un réel processus de transformation qui s’adresse à toute personne ayant le souhait de se transformer de l'intérieur, tout en parvenant à un meilleur équilibre personnel et relationnel.
En psychothérapie, il va donc s'agir de réaliser un véritable travail sur soi-même, sur ses propres conflits intérieurs, et de viser en même temps à une meilleure intégration de son passé.
Au cours de l'existence, en effet, certains évènements douloureux ne parvenant pas à se dissiper, restent sous la forme de traces psychiques, de troubles affectifs, et ressurgissent parfois dans le présent au travers d'une problématique psychique et comportementale. Un objectif essentiel de la psychothérapie va alors consister à mettre en mots ces différentes séquelles du passé empruntes de souffrance, ce qui progressivement va aider le patient à s’en distancer afin de se dégager peu à peu de l'emprise de ses propres conflits intra-psychiques ainsi qu'inter-relationnels.

La thérapie humaniste :

Qu’il s'agisse d'un simple soutien psychologique ou d'un accompagnement davantage orienté sur la psychothérapie, ma pratique de l'entretien relève essentiellement de la psychologie dite "humaniste", également appelée :
" thérapie centrée sur la personne " (Carl Rogers).
Dans ce contexte, l'entretien se veut non-directif, chaleureux et actif à la fois,
le thérapeute est face à son patient, en position d'écoute empathique. L'empathie correspond justement à cette posture où le praticien va chercher à "se mettre à la place d'autrui", aussi bien intellectuellement que sensiblement, ce qui, en toute vraisemblance, va aider le patient à se sentir à la fois mieux compris et accepté.

Dans le même esprit, le thérapeute doit s'abstenir de tout jugement négatif, le "non-jugement" permettant en effet à chacun et à chacune de pouvoir s'exprimer à la fois plus librement, mais aussi plus spontanément...


" Par une position d’écoute active, le thérapeute  sefforce dinstaurer un climat sécurisant, de faciliter lexpression du patient, de laider et d’élargir la conscience quil a de lui-même et des autres et de soutenir sa démarche dévolution et de changement. Aussi, il s'agit moins, pour le thérapeute de prétendre détenir un savoir, que de favoriser un processus thérapeutique au cours duquel le patient verra émerger de nouvelles voies de résolution". (Carl Rogers)


Autrement dit, la thérapie dite "humaniste" vous aide à renouer avec vos propres potentialités, afin d’atteindre les objectifs que vous vous êtes donnés en termes d'authenticiet de mieux-être. L'accompagnement psychologique visera peu à peu à une plus grande autonomie dans la gestion et la remédiation de vos difficultés, afin de retrouver un meilleur équilibre de vie sur un plan personnel, mais aussi, relationnel.